Bienvenue à New-York

Entrez dans le monde magique des Animaux Fantastiques et de ses protagonistes !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comptoir du Magasin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Famille : Soeur jumelle : Hailee James
Parents : Sorcier aux maigres revenus vivant en Californie. Noms non définis.
Eleve - ThunderbirdEleve - Thunderbird
MessageSujet: Eyota James - Quête   Jeu 2 Mar - 20:51

(N'ayant pas de description de l'intérieur, j'ai fait un peu comme je pensais, si soucis, me MP Wink )


J'étais partie du parc neigeux avec mon fœtus d'Occamy. J'étais fière de pouvoir le posséder et j'allais tout faire pour le faire éclore. J'en rêvais depuis que j'étais gosse, et aujourd'hui c'était possible ! Moi petite potache d'Ilvermorny que je suis, j'allais enfin pouvoir avoir un oiseau à moi. Et pas n'importe lequel. J'aimais ces animaux, ils ont l'air si inoffensif et insouciant. La seule chose qui me dérangeait c'est que j'allais devoir le mettre dans une sorte de cage ou quelque chose où il n'aurait pas vraiment le droit d'en sortir, sous peine qu'il remplisse l'espace et devienne dangereux. Mais pour le moment, je me souciais surtout de son bien être. Pour éclore on venait de me donner une sorte de liste de choses à acheter pour qu'il puisse vivre en toute tranquillité et sois à l'aise pour commencer sa futur vie. J'étais donc censée aller acheter mes ingrédient au magasin nommé The Garden of The Alchemists. Je m'y rendais donc sans plus tarder pour que ce petit œuf soit comme dans le ventre de sa mère. Enfin du moins, bien.

Je marchai donc jusqu'à cette échoppe dans les rues de New York. Ce ne fut pas excessivement long. Une petite dizaine de minute, tout au plus. Le froid et la neige m'avait motivé à aller plus vite. Le froid était assez glacial, assez pour que j'en ai les joues rosies et bien fraîches. De la buée s'échappait de mes lèvres. Heureusement, j'avais pensé à mettre des gants et un bonnet. J'arrivais enfin à ce qui me paraissait être la dite boutique. J'entrai doucement et regardai encore une fois ma liste pour mes achats. Une odeur vint doucement stimulé mes narines. Elle ne me déplaisait pas... C'était l'odeur des plantes. La même odeur que chez les apothicaires de l'ancien temps. Il y avait des plantes partout et j'avançais dans ce dédale longuement, avant d'atteindre un endroit un peu plus reculé où les non-maj n'osaient pas s'aventurer. J'y trouvais un rideau de lierre. Un arrosoir et plusieurs pots se trouvaient à proximité. En regardant de plus près, je vis un écrit sur le rideau végétal

" L'impétueux oiseau-tonnerre lors de son exploration plana,
Au-dessus des fidèles Womatous qui par leurs querelles troublèrent
La quiétude du Sage Serpent Cornu dont le cristal luisant interpella
L'irascible Puckwoodgénie qui brandit son arc dans les airs "


Bien. Une énigme à résoudre. Je pensais comprendre qu'il fallait remplir les pots d'eau, dans l'ordre cité par l'énoncé. J'en avais conclus que c'était ça. Je l'avais fait. Et ô miracle, j'étais arrivé dans la vraie boutique. Par contre, une chose m'embêtais un peu. Je n'arrivais pas bien saisi le concept de ce magasin. Je n'arrivais pas trop à savoir s'il était moderne ou au contraire, vieux de plusieurs siècles. Je lançai discrètement un bonjour et me décida à me diriger vers les rayons souhaités. Il me fallait d'abord un chaudron. Sûrement pour que mon œuf conserve une température ambiante adapté à son espèce. C'est vrai que la mère leur procurait cette chaleur, que moi, ne pouvait pas lui procurer. Je cherchai un moment avant de trouver mon bonheur et de le prendre. Je mettrais mes autres affaires dedans. Ensuite il me fallait, une couverture. Encore une fois, probablement pour le garder au chaud. Je parti vers un autre endroit et trouvai une couverture. Je la pris, la mit dans le chaudron et partit à la quête de mon ultime et dernier achat, de l'eau vive. Il en avait aussi. C'était parfait. J'allai vers le comptoir, posai mes emplettes et attendis simplement que l'on me donne la somme à payer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille : Mère : anglaise non-maj
Père : maj au fin fond du MACUSA
Eleve - PukwudgieEleve - Pukwudgie
MessageSujet: Lacey Woodley - Quête Occamy Doré   Sam 4 Mar - 21:33

-Bon, bon, bon... Voyons un peu tout ça...

Oeuf bien installé dans mon sac, liste dans les mains, j'avance dans les couloirs d'Ilvermorny en lisant les instructions pour faire éclore mon occamy. Il me faut un chaudron, une couverture et... de l'eau vive ? Je me demande bien de quoi il s'agit... je suppose que le vendeur sur place saura me guider pour cet achat en cas de besoin. Après avoir mémorisé le nom et l'emplacement du magasin, je décide de ranger mon papier soigneusement dans ma poche et d'avancer d'un pas sûr en direction de la sortie de l'école.

La température est encore fraîche aujourd'hui, mais bien plus agréable que ces dernières semaines. Pour l'occasion, j'ai troqué mon uniforme scolaire pour quelque chose d'un peu plus... ordinaire aux yeux des non-maj. J'adore d'ailleurs observer ces derniers. Ils sont toujours pressés, à regarder leur montrer afin d'arriver à temps à leur travail, quel qu'il soit. Parfois, on peut apercevoir un regroupement pour de la propagande. Je ne préfère pas m'en approcher, j'ai bien trop peur de me faire embarquer dans quelque chose de malsain. Je continue de me déplacer dans les rues New-yorkaises, puis tourne dans une ruelle moins bondée. Au fond de cette dernière se trouve un magasin appelé The garden of the alchemist. C'est ici. J'entre donc à l'intérieur.

-Bonjour ! Lançais-je avec un timide sourire à l'apothicaire accoudé au comptoir.

Ce dernier me jette un coup d’œil avant de marmonner :

-Encore une potache...

Surprise d'une telle réaction, je décide de ne pas relever et de me balader parmi les rayons, jusqu'à atteindre le fin fond de la boutique. Face à moi, un rideau de lierres accompagné d'un petit écriteau.

" L'impétueux oiseau-tonnerre lors de son exploration plana,
Au-dessus des fidèles Womatous qui par leurs querelles troublèrent
La quiétude du Sage Serpent Cornu dont le cristal luisant interpella
L'irascible Puckwoodgénie qui brandit son arc dans les airs "


Une énigme ? Je marmonne plusieurs fois chaque phrase, le regard vague tandis que je réfléchis à la solution. Rien ne me vient à l'esprit jusqu'à ce que mes yeux se posent sur du matériel à proximité : un arrosoir et plusieurs pots gravés. En observant bien ces derniers, je peux distinguer les égéries de chacune des maisons. Et si je les remplissais dans l'ordre cité par l'énigme... ? Je m'y atèle et le résultat ne se fait pas attendre : une entrée s'ouvre silencieusement, me permettant de pénétrer dans la véritable boutique souhaitée.

A peine le seuil franchit qu'une vague de chaleur me submerge. J'ouvre alors mon manteau et le retire pour me sentir à mon aise. Bien, c'est partit ! D'abord, le chaudron, que je choisis après une analyse minutieuse de plusieurs exemplaires. Ensuite, une couverture. J'en prends une dont les couleurs se rapproche des Puckwoodgénie, même si je doute que ça ai une quelconque importance dans l'éclosion de l’œuf... Et enfin, l'eau vive. Finalement, j'ai pu me débrouiller sans aide, et c'est les bras chargé que je me dirige vers le comptoir afin de régler mes achats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille : Jack Hepburn (père)
Anna Peverell (mère)
Kathleen et Peter Hepburn (grands-parents)
Helena Griffon (cousine)
Métiers : - Préfète Pukwudgie
Prefet - PukwudgiePrefet - Pukwudgie
MessageSujet: Queenie Hepburn - Quête de l'Occamy   Mer 8 Mar - 18:14


Naissance d'un Occamy dorée
- With MonsieurX -

__________________________


Jamais Queenie Hepburn, simple petite potache d'Ilvermorny n'aurait imaginé obtenir un cadeau si précieux en acceptant de participer à cette gigantesque bataille de boules de neige. Aucun des élèves et adultes ne l'auraient imaginé d'ailleurs. Aucun excepté Alice Green, le nouveau professeur de la faune et de la flore d'Ilvermorny. Surprise ! Voilà un oeuf d'Occamy tout beau tout chaud ! Enfin... presque.  La jeune Puckwoodgénie était loin de posséder gratuitement son Occamy. certaines étapes étaient à respecter afin de faire éclore l'oeuf doré. Elle s'était donc, avec tous les autres participants à la quête, dirigée vers la deuxième étape.

Un vent glacial, le vent de l'hiver, fouettait le visage de la jeune Hepburn. Elle tenait fermement son oeuf comme si elle craignait qu'il ne se fracasse sur le sol. La créature n'était pas encore de ce monde, mais la Puckwoodgénie l'aimait déjà. Elle possédait déjà une flopée d'animaux de compagnie et leur avait toujours porté une grande attention, et Gilbert n'excepterait pas à la règle. Cependant, il restait encore quelques petits détails à régler. Certains achats étaient à effectuer : un chaudron, une couverture et de l'eau vive. Rien de bien particulier, mais toutes ces babioles ne se trouvaient que dans un magasin appelé "The Garden of The Alchemist" situé dans le centre de New-York.

Elle avait troqué son uniforme ordinaire d'Ilvermorny pour une tenue de non-maj' tout à fait banal qu'elle portait dès qu'elle sortait en ville. La façade du fameux magasin ressemblait à celle d'un vieil apothicaire. Queenie poussa délicatement la porte et un petit bruit de clochette se fit entendre. Une vague de chaleur s'engouffra dans le corps de la jeune brunette. Un homme à l'air faussement sympathique était accoudé au comptoir. Hepburn lui lança un regard poli et disparut dans les rayons. Pleins de gadgets étaient disposés sur une dizaine d'étagères. Il y avait des plantes, des arrosoirs, des graines de toutes les couleurs, des pots, des pots et encore des pots. Personne n'aurait pu deviner que cette boutique avait quelque chose de différent. Pourtant, elle ne cachait pas seulement de la terre et des plantes carnivores, elle regorgeait aussi de magie ! Enfin normalement... Aucun indice, aucune trace de sorcellerie, rien. Queenie commençait peu à peu à douter. Et si il ne s'agissait que d'une vaste blague ? Le regard de l'adolescente s'arrêta soudain sur un long rideau de lierre sur lequel était accrochée une pancarte en bois, elle s'approcha et put lire alors :

L'impétueux oiseau-tonnerre lors de son exploration plana,
Au-dessus des fidèles Womatous qui par leurs querelles troublèrent
La quiétude du Sage Serpent Cornu dont le cristal luisant interpella
L'irascible Puckwoodgénie qui brandit son arc dans les airs


1, 2, 3, Queenie Hepburn avait disparu, Sherlock Holmes avait pris sa place. Il s'agissait sans aucun doute d'une énigme. L'inspecteur se tourna alors vers une série de petits pots en céramique sur lesquels étaient gravés les égéries de chacune des maisons de l'école de magie. Il ne fallut que trois secondes. 1... Holmes relut attentivement la pancarte. 2... Il saisit l'arrosoir disposé à côté des pots. 3... Il les remplit d'eau dans l'ordre cité par l'énigme. Et pouf ! Au revoir graines de tournesol, bonjour graines de Mandragore ! Au revoir vases poussiéreux, bonjour chaudron en étain ! La boutique s'était transformée toute entière. La Puckwoodgénie s'empara d'un des chaudrons et commença la rayure de sa liste.

- Un chaudron
- Une couverture
- Eau vive


Le comptoir fut plus compliqué à trouver que les éléments à acheter eux-même. Hepburn déposa ses emplettes à côté de la caisse enregistreuse et attendit que le FauxSympa lui indique le montant à payer. ❝Alors, heu... Un chaudron, une couverture, de l'eau vive et ce sera tout.❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille : Père inconnu
Mère inconnue
Grand-père : blablabla
Eleve - PukwudgieEleve - Pukwudgie
MessageSujet: Hailee James - Quête    Mar 14 Mar - 18:18

La quête à l'Occamy continuait. Et je devais, aujourd'hui, aller acheter tous les objets nécessaires à l'éclosion de l'oeuf. La pluie tombait sur mon visage, et des gouttelettes coulaient le long de mes tempes. Je n'avais pas froid, je n'avais pas chaud. J'étais absolument bien. Mes pas se frayaient un chemin parmis les gens qui se dirigaient vers quelque part. Je n'en savais trop rien. Et moi j'allais où j'allais, le magasin qui pourrait me permettre de continuer cette chasse. J'avais la liste en main. Une chaleur se dégageait de mon coeur. Que j'étais bien aujourd'hui. Ma vie ne pouvait être plus heureuse. Comme un apothicaire avec tous ses objets, je prenais soin de mon grand père, qui la vieillesse arrivant commençait à se rabougrir et son corps le lâchait. Je communiquais le plus possible avec lui lorsque j'étais à Ilvermorny. Mes cours se passaient plutôt bien. J'étais vraiment contente de l'existence que je menais, une vraie vie, pas une vie de potache.

Lorsque j'étais petite, mon plus grand plaisir était de sauter dans les flaques et d'éclabousser tout ce qui se trouvait autour. Et bien aujourd'hui, j'étais retombée en enfance. Les flaques s'ouvraient à moi, et je n'hésitais pas une seconde avant de marcher dedans. Je serrais fort dans ma main le bout de papier où se trouvait tout ce qu'il fallait acheter. Il ne fallait absolument pas que je le perde. Je voyais déjà le petit oiseau dans ma main, je le voyais s'agiter et onduler. Que j'en prendrais soin ! Il ne lui arrivera rien, ça s'est sur.

Je sentais le magasin. Je savais qu'il allait bientôt être devant moi, avec ses portes grandes ouvertes, accueillantes. La bourse contenant mon argent se trouvait dans ma poche et je vérifiai si elle y était encore. Si je ne passais pas trop de temps dans le magasin, je pourrais aller ensuite me promener dans la ville. Et cette idée me plaisait particulièrement. À un point que je me mis à courir, mon manteau battant contre mes cuisses, la pluie fouettant mon visage. C'était une bonne sensation que de sentir le vent caresser son visage. Et enfin je le vis, le fameux magasin.

"L'impétueux oiseau-tonnerre lors de son exploration plana,
Au-dessus des fidèles Womatous qui par leurs querelles troublèrent
La quiétude du Sage Serpent Cornu dont le cristal luisant interpella
L'irascible Puckwoodgénie qui brandit son arc dans les airs"


Un arrosoir, des seaux. Une énigme à résoudre pour rentrer. Hop, hop, hop, je suis vis mon instinct et réussi à la résolver. J'entrais rapidement, pris ma liste et me dirigeai vers les différentes étagères. Un chaudron, une couverture, de l'eau. J'avais tout ce qu'il me faut. Génial. J'allai alors au comptoir. Je déposai les différentes choses que j'achetais. Ma main accueillit les pièces d'or dans un bruit de clochettes. Je fis un grand sourire.

- Bonjour ! Je vais vous acheter tout ça, dis-je en désignant ce qui était posé sur le comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Famille : Océanos Léviathan White (père)
Sand Antarés Redrum (mère)
Ripper Gold Redrum (cousin)
Eleve - ThunderbirdEleve - Thunderbird
MessageSujet: Silver G. White [Quête]   Jeu 16 Mar - 19:18

Quelques jours passèrent avant que le jeune sorcier pu se rendre dans le quartier des affaires afin d'effectuer l'achat des objets indiqués par la liste que la professeure leur avait remis suite à l’événement de Central Park. Et qui était plus précisément composé d'un chaudron, d'eau vive et d'une couverture : bien que le jeune homme prévoyait aussi de construire pour son futur compagnon un nid en forme de Drakkar pour rappeler la forme serpentine de l'Occamy et pour l'apitoyer à son futur environnement qui sera composé de bois et de navire -sans oublier que ça permettrait aussi de le différencier des autres animaux de ses camarades d'Ilvermorny.

C'est pourquoi en cette journée hivernale et bien emmitouflé pour cacher aux yeux des non-maj's ses caractéristiques physiques détonnant, Silver se dirigeait vers le fleuriste nommé The Garden Of The Alchemists : ce qui pourrait vous surprendre, après tout ce genre de boutique n'est-elle pas censés juste vendre des plantes et autres pots pour les potaches ou autres experts en Botanique ?

Bref rien de très magique dans cette devanture élégante de bois blanc se mariant parfaitement au vert des lierres et autres plantes grimpantes présentés dont l'enseigne soulignés de lettres dorés : chic et naturel merveilleusement unis. Séduisant les hommes et femmes de nature aisés qui convaincus venaient y chercher-plutôt passer commande- de toutes sortes de plantes-exotiques ou plus traditionnelles- et autres objets décoratifs de jardins pour présenter une première impression harmonieuse et charmante aux passants bien que cela soit aussi une lutte d'apparence avec leurs voisins.

Délaissant ces pensées parasites, le jeune homme s'engouffra dans la boutique dont la chaleur ambiante offrait un contraste saisissant avec le froid extérieur. Et malgré le soulagement que cela pourrait lui apporter, le sorcier ne décontracta point sa tenue avant de se diriger d'un pas leste et expérimenté dans le dédale se trouvant à l'intérieur de cette boutique. Slalomant entre les rayons de plantes de toutes tailles et de flagrances plus ou moins enivrantes, le jeune White finit par atteindre ce qui ressemblait à un cul-de-sac dans l'un des recoins "les moins intéressants" pour la plus grande majorité des clients : qui souvent ne s'aventuraient pas aussi loin et surtout pas sans un fleuriste pour les guider.

Par acquis de conscience et en ayant bien conscience de l’utilité de la chose,l'adolescent prit le temps d'observer les alentours afin d'être certains qu'aucun indésirable égaré ne soit témoin de ce qui allait suivre. Rassuré, il saisi un arrosoir innocemment posé dans le coin mais qui était étrangement plein avant de remplir des pots-bien vides eux- colorés agencés d'une certaine manière-et si d'aventure un petit malin essayait de changer cette configuration, le poids atrocement lourd des pots le ferait rapidement renoncer dans son entreprise. Satisfait de son oeuvre, le jeune homme reposa l'arrosoir dont le volume d'eau n'avait étrangement point diminuer pour voir sous ses yeux, le touffu rideau vert servant de porte végétale s'écarter délicatement et en ondulant d'une grâce envoûtante.  

Ne perdant pas de temps, il se faufilât dans l'ouverture afin d'atteindre le côté plus sorcier-magique ne convenant pas tout à fait car aux yeux de Silver et d'autres clients, l'intérieur envahis de plantes ordinaires donnaient déjà une sensation de féeries et de fouler le sol d'une contrée étrangère et enchanteresse. Observant les alentours et les quelques panneaux flottants et bien visibles, le jeune homme déambula dans les rayonnages en commençant par la couverture -qu'il choisi d'un doux bleu ciel- avant de s'engager dans la zone plus apothicaire où il pensait trouver aisément l'eau vive et non loin : le chaudron correspondant à ses besoins. 

Satisfait et ne souhaitant pas d'avantage s'attarder dans le coin, il se rendit rapidement vers le comptoir afin de régler au plus vite ses achats. Ce n'était pas qu'il n'aimait pas le monde Extérieur... mais plus il s'attardait et plus les chances que des non-maj's remarquent sa singularité et viennent lui chercher des crosses étaient assez élevés bien qu'ils y aient plus de chances qu'il reçoive des regards de côté ou des remarques désobligeantes. Ce qui fait qu'il avait très rarement le loisir de flâner dans les rues...


-Bonjour décida-t-il d'initier le contact avec le marchand du coin.Je souhaiterais régler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métiers : - Préfète Wampus
Prefet - WampusPrefet - Wampus
MessageSujet: Amélia Summers - Quête   Jeu 16 Mar - 23:53

Cette quête intriguait fortement Amélia qui ne cessait de se documenter sur ces fameux oeufs d'Occamy Doré, comme celui qu'elle avait reçu il y a peu après cette bataille de boules de neige à laquelle elle avait à peine participé, à cause de cet individu, futur professeur apparemment, qui l'avait interpellé à son arrivée. Oui elle avait prit sa baguette. Mais ce n'était pas comme si elle allait s'en servir pour montrer à la planète entière que, oui, les sorciers existaient bel et bien. Elle n'était pas folle à ce point. Elle n'était même pas folle du tout à vrai dire. Sa baguette s'était retrouvée dans sa poche seulement parce qu'elle tenait à se défendre en cas de violente agression. Après tout, Amélia n'avait que 16 ans.

Mais là n'était pas la question. A ce jour, Amélia devait se rendre chez cet apothicaire ou elle ne savait plus quoi, pour acheter de quoi faire éclore son oeuf. Liste en main, elle passa rapidement en revue ce qu'elle devait se procurer pour que tout se passe au mieux pour son futur petit bébé Occamy. Un chaudron, une couverture - évidemment, cette petit créature avait besoin de chaleur - de l'eau vive, une potache... Ah non, pas une potache. La jolie Summers raya rapidement ce mot de sa liste. Elle n'avait pas besoin d'un chapeau pour son oeuf, à moins qu'elle le décore avec. Oh, et puis elle verrait bien ce qu'elle trouverait dans cette boutique.

Quittant Ilvermorny à la hâte, sans baguette mais avec ses affaires dans un sac, la blondinette fila à New-York et marcha durant un long moment avant de finalement arriver dans cette boutique qui se trouvait dans le Quartier des Affaires, lieu dans lequel elle s'était rendue assez régulièrement. Pleine d'enthousiasme à l'idée de pouvoir faire éclore son oeuf, la jolie Amélia rentra avec un grand sourire dans la boutique, fermant la porte derrière elle avant de se rendre illico presto vers le comptoir qu'elle n'eut pas de mal à trouver. Trouvant sans aucun soucis un vendeur, elle lui tendit sa petite liste, toujours avec un agréable sourire sur les lèvres, et attendit qu'il la serve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comptoir du Magasin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comptoir du Magasin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PM] Sucreries et discrétion • Ariel
» 02. « I'm all alone and I need you now... ♥ »
» Interdiction vente chats et chiens en magasin Belgique
» Magasin de bitz
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à New-York :: New York & ses alentours :: Le quartier des affaires :: The Garden of the Alchemists-
Sauter vers: